Vaillant sur le podium

Cette année, le 13 était au départ des 24 heures du Mans, comme le programme le cinquième épisode des aventures de Michel Vaillant publié en 1963. Et pas n’importe quel 13 -chiffre normalement honni des compétitions automobiles par superstition- puis qu’il s’agissait d’une Oreca aux couleurs de l’équipe Vaillante Rébellion. L’équipage a fini la course sur le podium en troisième position !
Or le sixième épisode de la Nouvelle saison de Michel Vaillant a été publié ce 6 juin aux éditions Dupuis avec pour titre Rébellion. La réalité dépasse (presque) la fiction, car dans cette histoire ce bon vieux Michel Vaillant pilote la même voiture, avec le même N° 13, pour finir également sur le podium certes en premières position cette fois. Encore plus confondant certains ingrédients du suspens distillé dans le scénario de Denis Lapière et Philippe comme l’abandon de la Porsche de tête d’André Lotterer sont survenus sur la piste authentique et dans l’album.
Le Mans, Vaillant dépasse la fiction !
Auteurs, pilotes éditeurs et membres de l’écurie Rébellion n’attendaient sans doute pas  une telle conjonction scénaristique. J’espère que Jean Graton, créateur de Michel Vaillant, aujourd’hui âgé de 93 ans a pu goutter au Champagne !
LM

Marie-Claire Gintzburger

«Laurent Mélikian a fasciné son public avec son intervention sur la bande dessinée internationale. Passionné par son sujet, il nous a offert une conférence formidable. Nous savons maintenant que nous ne savions rien de l’art séquentiel : toute la production italienne, espagnole, philippine, chinoise, indienne… nous était inconnue ! Nous avons pu feuilleter une partie de sa fantastique collection internationale, de la BD de propagande aux historietas et aux aventures bollywoodiennes. Même les non-amateurs de BD ont été emballés, c’est dire ! Alors, merci Laurent !!! » Marie-Claire Gintzburger, Bibliothèque de Soucieu-en-Jarrest http://bibliothequedesoucieu-en-jarrest.hautetfort.com/tag/bande+dessin%C3%A9e

Jane Albon

« La curiosité que nourrit Laurent Mélikian à l’égard de la bande dessinée chinoise naît d’un
constat : d’une tradition millénaire, cette bande dessinée a touché des milliards de lecteurs sans que nous, européens, n’ayons conscience ni de son existence ni de sa richesse. En suivant un cadre chronologique, il replace les évolutions de la bande dessinée chinoise dans leur contexte historique : invention de l’imprimerie, début du maoïsme, Grand Bond en avant, Révolution culturelle, libéralisation… Ainsi ancré dans le temps, l’auditeur peut se laisser charmer par les bandes dessinées et lianhuahua qui passent entre ses mains. Laurent Mélikian ne manque pas d’en analyser le trait du dessin, l’occupation de l’espace, les clichés narratifs… Car le fil conducteur de la conférence se trouve ici, dans le domaine du sensible. On ressort de cette conférence avec le sentiment d’avoir sinon touché, du moins approché la culture chinoise, et l’envie de lire des bandes dessinées.»
Jane Albon, Animatrice MJC centre Jean Vilar, Bellegarde sur Valserine